Maison d’hôtes de 10 chambres sur la façade fluviale du Bouregreg à Rabat

projet_017_maison_hotes_Page_25

Réhabilitation en coeur historique, une opération complexe

Le projet se situe sur la façade fluviale de la Médina de Rabat, dans le quartier du Mellah. Il regroupe les maisons Dar Znaidi et Dar Maaroufi, accessibles depuis l’impasse Hazan Kotli. C’est une situation privilégiée pour un projet architectural car elle présente plusieurs dimensions : architecturale, urbaine, patrimoniale, sociale, et touristique.
Le projet consistera à créer un programme de maisons d’hôtes catégorie 2 dans un bâtiment neuf s’inscrivant dans le gabarit existant, et reprenant le principe de balcons et de moucharabieh de son prédecesseur.

De l’impasse à la rue patio
L’impasse présente des qualités plastiques intéressantes par son ancienneté. En effet elle raconte l’histoire de la Médina par son épaisseur, sa couleur, ses matériaux, et sa lumière.
Suite à l’effondrement partiel des bâtiments existants l’impasse s’est progressivement prolongée jusqu’au fond de la parcelle du projet, desservant le bâtiment mitoyen du projet. Cet accès voisin est devenu un repère et des usages ont été créés par le voisinage, il peut présenter des difficultés pour la réalisation du projet, car il nécessiterait la condamnation de l’accès au bâtiment mitoyen.
C’est à partir de ce constat qu’est apparu opportun d’élaborer une réflexion prenant en compte le statut actuel de cette impasse, qui pourrait par l’intermédiaire du projet se transformer en un espace majeur du projet. Une rue patio privative intérieure reliant le tissu urbain de la Médina au futur projet dans la zone en friche. En plus de la lumière, cette rue intérieure permettrait de créer une ventilation naturelle en amenant le courant d’air frais des ruelles ombragées au sein du projet.

La rue patio, un espace pour la ventilation naturelle

Afin de réduire l’utilisation de systèmes mécaniques pour le traitement des ambiances, l’idée principale du projet est d’utiliser les courants d’air frais produits par les ruelles de la Médina. En prolongeant cette rue en espace intérieur ouvert sur le ciel et sur la friche, le vent est dirigé le long du mur mitoyen sur un espace en triple hauteur, ce qui permet de ventiler naturellement les chambres traversantes orientées à la fois sur la rue et sur le fleuve. Celles-ci sont protégées du rayonnement solaire par une coursive au Sud, et elles sont plus largements ouvertes au Nord sur le fleuve. La toiture terrasse pourrait accueillir des panneaux solaires afin de réduire la consommation éléctrique de la maison d’hôtes. La récuperation des eaux pluviales pourrait se faire à l’aide d’un caniveau et d’un bassin de rétention enterré.

Matériaux utilisés : Un volume blanc restauré, des balcon et les volets en bois rajoutés
L’esprit de la restauration est de faire revivre la façade ancienne en continuité avec l’histoire et le voisinage en utilisant des techniques modernes. C’est dans le détail du bâtiment que l’on voit que l’intervention est contemporaine. Le balcon en bois en R+2 permet de retrouver l’esprit traditionnel de l’architecture de la Médina tout en offrant des espaces extérieurs aux chambres. Ce dernier repose sur des poutres en métal existantes sur lesquelles vient se fixer une structure bois. Il permet d’occulter les chambres mais aussi de les protéger des vents marins. Le motif du balcon inspiré des moucharabieh traditionnels est composé de formes géométriques simples générant de la complexité. Les fenêtre ne bénéficiant pas de balcon sont ponctuées de volets en bois similaires à l’existant. Les cadres des fenêtres et les menuiseries en bois maintiennent la continuité avec l’existant et le voisinage. Les revêtements extérieurs maintiennent l’aspect de l’existant à base d’enduit chaulé blanc.

Organisation spatiale :

Le rez-de-chaussée est conçu comme une batterie d’espaces traversants reliés par une coursive extérieure abritée le long du patio. De l’ouest à l’est nous pouvons trouver les locaux du personnel, la cuisine, le salon marocain, la caféteria, l’accueil, l’infirmerie, et les WC. Tous les espaces sont traversants, ce qui permet de les ventiler naturellement.
Les locaux du personnel disposent d’un espace majeur bénéficiant de 3 façades, permettant aux utilisateurs de prendre leur déjeuner, se réunir et se reposer dans d’excellentes conditions lumineuses. Il est aussi doté d’un bloc vestiaires/sanitaires/douches ventilé par les façades.
La cuisine, traversante aussi, est ventilée naturellement. Les espaces de travail sont éclairés par les deux façades Nord/Sud, et les espaces clos sont organisés en batterie d’un côté et les plans de travail de l’autre côté.
Afin de réduire les espaces de circulation, et de permettre une meilleure interaction entre les espaces dédiés au public, le salon marocain, la caféteria et l’espace café, et le comptoir d’accueil sont mutualisés dans un espace majeur traversant aussi, et desservi par des blocs sanitaires, infirmerie et conciergerie. Cette disposition permet plus de souplesse, ainsi les visiteurs de prendre le thé dans le salon, ou à l’inverse les tables peuvent être installées à l’extérieur lorsque le climat s’y prête, libérant ainsi l’espace pour d’autres usages (réceptions, animations…). Le comptoir d’accueil garde une visibilité sur tous les espaces et sur les deux entrées de la maison d’hôtes, qui se situent à la fois du côté patio, en arrivant par la Médina ou du côté chemin de ronde.
Les circulations verticales et horizontales sont toutes extérieures et abritées pour profiter du climat et éviter la ventilation mécanique. L’escalier se situe dans le patio à proximité de l’entrée, il dessert deux coursives aux étages.
Les chambres bénéficient toutes à minima d’une double orientation Nord/Sud, ce qui permet de les ventiler naturellement. Elles sont disposées en batterie afin de permettre la plus grande standardisation, et en nombre maximal à chaque étage. Le premier étage accueille 7 chambres, et le dernier étage reçoit 2 suites, afin de respecter la contrainte des 30% constructibles. L’espace restant en R+2 est transformé en une terrasse couverte par une pergola, aménagée de banquettes et de tables, ce qui permet de prendre le petit déjeuner avec une vue imprenable sur le fleuve. Il est à noter que si une dérogation sur les 30% pouvait être accordée, il est possible de récuperer la chambre manquante sans nuire à la lumière et la ventilation du projet.
L’intérieur des chambres est répétitif pour optimiser les coûts, il se compose pour les 9 chambres d’un bloc wc/douche/sanitaires à l’entrée, un placard le long de la cloison côté lit, un lit de 2mx1,90cm entouré de deux tables de chevet, une coiffeuse/liseuse le long de la façade côté fenêtre et deux fauteuils.
Les suites se situent au dernier étage pour bénéficier des meilleures vues. Elle sont équipées de la même manière que les chambres, à l’exception du réfrégirateur, du salon et de la télévision elles bénéficient du balcon moucharabieh, dans le prolongement du séjour.
Une terrasse équipée d’une pergola plantée de feuilles de vigne, et d’une cuisine extérieure au dernier étage permet aux visiteurs de profiter du petit déjeuner face au fleuve du Bouregreg, et peut accueillir des réceptions diverses.

Collaborateur : Jeremy Galvan



Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :